Est spécialisée dans le haut potentiel intellectuel et dans les troubles de l'attention et des apprentissages.
Elle propose des évaluations, remédiations cognitives et séances psychocorporelles pour enfants et adultes.

Contactez-moi

SPP


 

La somato-psychopédagogie (SPP) est une technique qui permet d’accompagner les personnes en quête de mieux-être, aussi bien physique que psychique, grâce à une approche centrée sur le corps et l’apprentissage. Cette méthode a été créée dans les années 2000 par le Pr. Danis Bois (docteur en sciences de l'éducation et fondateur du CERAP ), en alliant son parcours professionnel (basé sur la kinésithérapie et l’ostéopathie) et son « expertise dans l’art d’accompagner une personne dans son processus de croissance » (cursus universitaire en psychologie cognitive, psychopédagogie curative et sciences de l’éducation).

Le terme « somato-psychopédagogie » (SPP) a été choisi pour définir cette approche innovante qui associe trois thématiques distinctes et interactives :

Dans sa dimension somatique, elle agit sur le corps vivant, en aidant la personne à retrouver une présence à elle-même et à explorer son potentiel perceptif. Ce terme rend compte de l’influence du corps sur le psychisme.

Dans sa dimension psychologique, elle mobilise les aptitudes perceptives et les ressources cognitives, mentales, intellectuelles et comportementales de la personne, pour favoriser sa conscience d’elle-même et ses capacités réflexives.

Dans sa dimension pédagogique, elle invite la personne à apprendre de son expérience corporelle, pour enrichir sa relation à elle-même et prendre soin d’elle.

 

La spécificité de la SPP est que le praticien adopte une posture d’écoute de la personne sans jugement, pour accueillir sa demande verbale, et également la « demande silencieuse » de son corps. Tel un « psychologue du corps », le thérapeute aide la personne à trouver le chemin vers elle-même, à déployer ses potentialités et sa perception, permettant de changer le rapport qu’elle entretien avec les événements de sa vie.

Les vécus corporels sont ici considérés comme un support d’apprentissage pour favoriser des prises de conscience et la mise en place de nouvelles stratégies face aux situations problématiques qui font obstacle au bien-être physique et psychique de la personne.

Ainsi, la SPP est une thérapie manuelle qui a pour vocation de restaurer le lien entre le corps et le psychisme : c’est le rapport que la personne a avec son corps (avec les autres, avec sa vie) qui change. La zone du corps qui était crispée et devenue peu à peu moins sensible, moins bien perçue et oubliée, est à nouveau perçue, mobilisée et retrouve sa sensibilité (cf. Loi des 3i de D. Bois, 2006 : Immobilité, Insensibilité, Imperception) : la personne retrouve sa globalité, peut intégrer à nouveau toutes les parties d’elle-même et déployer tous ses potentiels.  

Lors de ces séances, la personne reste habillée. Elle est allongée sur une table de massage (chauffée si besoin), principalement sur le dos, couverte d’un plaid.

 

 

 

Somato :

Comme en ostéopathie fonctionnelle, la SPP privilégie la force d’autorégulation interne : le geste du thérapeute ne se substitue pas à la capacité du corps à s’auto-guérir, au contraire, la main est un soutien pour que le corps mobilise de l’intérieur ses ressources afin de lever les blocages.

« Laissez la force interne s’exprimer plutôt que d’utiliser une force externe nécessairement aveugle » Dr Sutherland, ostéopathe américain, précurseur de l’ostéopathie crânienne

En utilisant cette force de croissance du corps, ce qui se met en mouvement est ce qui est prêt à changer ; ce qui bloque informe sur les limites que la personne a dans l’instant présent, et qui sont à respecter. Ainsi, le thérapeute en SPP accompagne la personne depuis là où elle est, à là où elle doit aller, en faisant preuve d’écoute et d’attention pour aller au rythme de la personne (à sa vitesse, dans son amplitude etc.).

 

 

 

Psycho :

D. Bois découvre une chose que ne véhicule pas l’ostéopathie : le fascia contient des nerfs sensitifs, il est sensible à ce que nous ressentons. Face à un événement physique ou psychique le corps réagit par le stress, réaction d’adaptation qui permet de s’ajuster et de répondre à la situation. Le fascia étant l’interface entre le corps et le psychisme, toute réaction émotionnelle a un impact sur le fascia, et toute réaction physique influence le psychisme. Par exemple, si les fascias se serrent, le corps se retrouve comme dans un carcan, et le psychisme est atteint par ce mal-être.

Le toucher profond développé par D. Bois stimule la force de vie à l’intérieur du corps en lien avec les sphères psychiques et émotionnelles, donnant à cette méthode une dimension humaniste et existentielle (dérivée des courants psychologiques homonymes), grâce à un effet sur la personne dans sa globalité.

En SPP (comme en fasciathérapie), on ne sépare pas le soin du prendre soin. On parle ainsi de toucher de relation, de dialogue tissulaire : la main du thérapeute écoute la demande silencieuse du corps, et le point d’appui permet une négociation entre les peurs (blocages physiques et psychiques) et les potentialités (remise en mouvement physique et psychique) de la personne, dans un projet flexible et évolutif.

 

Pédagogie :

Bien que nous ayons tous des sensations corporelles, nous n’avons pas tous les mêmes prédispositions pour percevoir notre corps. Sentir de manière passive et être attentif à nos perceptions de façon active sont deux choses différentes. En SPP, la perception est centrale dans la notion de soin, et pour pallier à une éventuelle pauvreté perceptive, la personne est invitée à porter son attention sur ce qui se passe sous les mains du thérapeute, et ce dernier lui apprend à décrire ses sensations : c’est la pédagogie perceptive. La personne apprend une nouvelle compétence et affine sa capacité à ressentir et à décrire sans jugement ce qui se passe en elle, aussi bien au niveau de ses perceptions externes qu’internes (par l’interoception et la proprioception).

Cette dimension pédagogique, en apprenant à la personne à percevoir ses sensations et à leur donner du sens, lui permet d’apprendre à prendre soin d’elle-même. Ce qui est le plus soignant, c’est la pédagogie, c’est le développement des capacités d’observation, d’analyse et de réflexion de soi-même, qui amène des prises de conscience. Ainsi, bien que les événements de vie restent inchangés, la personne peut changer le rapport qu’elle entretient avec, et changer les effets de ces événements sur son corps et son psychisme, dans une perspective de développement.

De plus, plutôt que d’aller explorer la situation passée pour tenter de la régler afin d’aller mieux dans le présent, la SPP propose de changer l’état de tension du corps directement dans le présent. En étant plus apaisé et au contact de la partie de soi-même qui grandit, qui fait lever les obstacles, le regard change sur la situation passée. Ceci permet d’accueillir les événements autrement, en les observant depuis le présent, et d’en apprendre quelque chose.



 

 

Contact

 

COORDONNEES

Tel : 06.51.26.77.57
Mail : nducrey@gmail.com
Adresse : 464 route du Pelloux, 1er étage
74920 Combloux

Suivez-nous sur : 

HORAIRES

Cabinet ouvert
du mercredi au vendredi
sur rendez-vous
depuis l'onglet
"rendez-vous en ligne"

REPERTOIRES OFFICIELS

Enregistrée auprès de l'Agence Régionale de Santé - ARS
Numéro ADELI : 749307195
Enregistrée au Centre de Formalités des Entreprises - CFE
Numéro SIRET : 827 624 784 00035

 



* Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires